Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par dimytri foulon

La sensualité est l'attachement aux plaisirs des sens. Il désigne aussi l'attribut, la qualité, l'acte, l'effet ou l'état de ce qui est sensuel. Ce dernier n'est pas obligatoirement lié à la sexualité ou à l'attirance sexuelle.

Cette signification du mot Sensuel peut être extraite à partir de questions étymologiques et sémantiques. Sensuel est lato sensu tout ce qui a rapport à un sens - englobant tous ceux qui existent dans la vie humaine. De sorte que la sensualité signifie tout ce qui a rapport avec toutes formes de sensation causées par les cinq sens (audition, vue, odeur, goût, contact).

Cette signification étant la plus générique, elle inclut toutes les choses vivantes, et non pas seulement ou exclusivement l'être humain. En dépit de ceci, d'un point de vue de relation humaine, la compréhension courante du mot sensualité désigne ce qui a trait à l'attirance sexuelle ou à la sexualité humaine.

nus bleu 03

 

Définition de la sexualité

La sexualité est un terme très général qui recouvre plusieurs phénomènes :

  1. L'existence biologique d'organismes sexués et des caractéristiques spécialisées et complémentaires permettant la reproduction. Les sexes sont en général mâle et femelle mais il existe des distinctions sexuées plus complexes.
  2. Le comportement sexuel, qui est chez la plupart des animaux un comportement de reproduction (le but est la copulation, qui permet la fécondation), et chez certains mammifères évolués un comportement érotique (le but est la stimulation du corps et des zones érogènes, ce qui procure du plaisir érotique).
  3. Tous les aspects affectifs et émotionnels (attachement romantique, désirs et plaisirs érotiques, passions ...) en relation avec le comportement sexuel.
  4. Tous les aspects cognitifs et culturels (mœurs, représentations, croyances, valeurs, symboles, amour ...) qui sont en relation avec les trois phénomènes précédents.


Étymologiquement, les mots sexualité, sexué et sexe sont dérivés des mots latins sexualis et sexus. Ces mots sont utilisés à partir du XVIe siècle. La racine latine sexus signifie "séparation, distinction"[6]. Le sens "séparation" du mot sexus correspond à la séparation biologique des sexes, qui est la caractéristique fondamentale de la reproduction sexuée.

Recherche sur la sexualité

Technique d'imagerie

Article détaillé : Sexologie.

La sexologie est l'étude scientifique de la sexualité et de ses troubles chez l'humain.

La sexologie étudie tous les aspects de la sexualité, à savoir le développement sexuel, le comportement sexuel et les relations affectives, en incluant les aspects physiologiques, psychologiques, médicaux, sociaux et culturels. La sexologie, dans sa forme moderne, est une science récente d'origine médicale qui s'est développée à la fin du XXe siècle. Pour des raisons surtout culturelles, les aspects non médicaux de la sexualité, c'est-à-dire l'amour, le plaisir érotique, l'éducation sexuelle, et, surtout, l'épanouissement, le bien-être et le bonheur sexuel, sont des sujets peu étudiés[7].

L'article détaillé sexologie présente un état actuel de la sexologie, dans les domaines de la recherche, de la formation et de la pratique médicale. Les aspects historiques ainsi que les défis futurs sont également présentés.

Reproduction sexuée

 

Le cycle de reproduction sexué sur le plan génétique

Article détaillé : Sexualité (reproduction).

La reproduction sexuée est un mode de reproduction qui fait intervenir des organismes de sexe complémentaires. Ce mode de reproduction est caractérisé par un cycle de vie alternativement haploïde et diploïde. Les paires de chromosomes parents sont séparés durant la formation des gamètes (méiose) puis recombinés en un nouvel organisme singulier lors de la fécondation. Ce brassage génétique conduit à l'échelle de l'espèce la diversité génétique, multipliant ainsi les possibilités d’adaptation à l'environnement[8].

Dans le règne végétal, c'est par exemple le cas des angiospermes, plus communément des plantes à fleures, la fleur étant l'organe sexuel des végétaux.

Dans le règne animal ce brassage génétique est associé à des stratégies comportementales permettant notamment une sélection en fonctions de divers critères.

L'article détaillé Sexualité (reproduction) présente les différentes formes de la reproduction sexuée, décrit les mécanismes du brassage génétique, et explique l'intérêt biologique de la reproduction sexuée.

Psychobiologie du comportement sexuel

nus bleu 02

 

 

Comportement sexuel

Comportement sexuel de coccinelles

Article détaillé : Comportement sexuel.

Le comportement sexuel est l'ensemble des activités motrices qui permettent la reproduction des animaux sexués.

Ce comportement est contrôlé principalement par le système nerveux, mais aussi, en particulier chez les animaux les plus simples, par le système endocrinien. En schématisant, plus le système nerveux est simple, plus le comportement sexuel est stéréotypé. C'est le cas par exemple des insectes. Au contraire, plus le système nerveux est complexe, plus le comportement sexuel sera élaboré et lié à des phénomènes culturels. C'est le cas typique de l'être humain[9].

Chez les mammifères, les principaux facteurs biologiques qui contrôlent le comportement sexuel sont les hormones, les phéromones, les récompenses et la cognition. En raison des différences qui existent entre les espèces, la structure du cerveau est différente et l'importance de ces facteurs change. Par exemple, chez la souris, où le cerveau est relativement petit, les hormones sont le principal facteur ; tandis que chez l'être humain, qui possède un néocortex extrêmement développé, la cognition devient un facteur majeur. De plus, en raison de la nature en partie aléatoire de l'évolution, les organismes ainsi que le contrôle du comportement sexuel ne sont pas "optimisés"[10],[11]. C'est cette caractéristique qui explique l'existence d'activités sexuelles non reproductrices.

L'article détaillé comportement sexuel présente : 1) des descriptions des comportements sexuels de différentes espèces animales, 2) les facteurs biologiques qui contrôlent ces différents comportements, et 3) les modifications de ces facteurs biologiques au cours de l'évolution, afin de bien comprendre les différences des comportements entre les espèces.

Comportement de reproduction

Copulation entre deux cochons sauvages

Article détaillé : Comportement de reproduction.

Le comportement de reproduction est le comportement sexuel typique des mammifères inférieurs (rongeurs, canidés, ovins …).

Le but de ce comportement est la copulation hétérosexuelle, qui permet la fécondation et la reproduction. Des facteurs innés, principalement les hormones, les phéromones et les réflexes sexuels, contrôlent ce comportement[12]. À la puberté, les hormones activent le comportement de reproduction[13], les phéromones sexuelles déclenchent l'excitation sexuelle[14],[15]et permettent de reconnaître le partenaire de sexe opposé[16],[17], et enfin les réflexes sexuels, lorsque le mâle monte la femelle, permettent la copulation et l'éjaculation[18].

L'article détaillé comportement de reproduction présente : 1) les facteurs innés et acquis à l'origine du comportement, 2) détaille l'interaction entre ces facteurs, et 3) explique les conséquences sur le comportement de reproduction d'une modification ou d'une disparition de ces facteurs au cours de l'évolution.

Comportement érotique

Une position du Kâma-Sûtra

Article détaillé : Comportement érotique.

Le comportement érotique est le comportement sexuel typique des êtres humains et des bonobos, des dauphins, des chimpanzés et des orang outang ( cf cité en début de page).

Au cours de l'évolution, l'importance et l'influence des hormones[19]et des phéromones[20],[21]sur le comportement sexuel a diminué. Au contraire, l'importance de la récompense/renforcement est devenue majeur[5]. Chez l'être humain, le but du comportement sexuel n'est plus le coït vaginal mais la recherche du plaisir érotique, procuré par la stimulation du corps[22]et des zones érogènes[23].

À noter que le comportement érotique ne se développe pas d'une manière indépendante. Les facteurs affectifs et cognitifs, et surtout le contexte culturel, ont une influence majeure sur son développement. Néanmoins, les caractéristiques innées de ce comportement (zones érogènes, plaisir érotique …) existent et s'expriment quel que soit l'environnement culturel.

L'article détaillé comportement érotique présente : 1) les facteurs biologiques qui contrôlent ce comportement, 2) le développement de ce comportement, et 3) les caractéristiques de l'environnement culturel qui modifient le développement de ce comportement érotique.

Article connexe : Comportement sexuel humain.

À partir des observations réalisées en éthologie humaine, on remarque que dans toutes les cultures le comportement érotique s'organise toujours autour de la stimulation du corps et des zones érogènes. Mais suivant les sociétés, les régions du corps, les formes et les moyens de la stimulation érotique changent : la région génitale est toujours stimulée, les zones anale et orale moins fréquemment. Le moyen de la stimulation peut être l'organe génital ou la main, moins fréquemment la bouche, la langue ou un objet ; parfois, plusieurs ou toutes les modalités sensorielles sont stimulées, comme dans les orgies[24]. La durée des activités est également variable. Enfin les activités érotiques peuvent être réalisées seul ou avec plusieurs partenaires, et être hétérosexuelles, homosexuelles, ou bisexuelles, voire avec des animaux[25]. Concrètement, les modifications du comportement érotique s'exercent par des actions sur les adultes (par la peur de sanctions souvent exemplaires : lapidation, bûcher[26], pendaison[27], emprisonnement … ou de manière positive, par la reconnaissance sociale, pour récompenser un comportement sexuel socialement valorisé), mais surtout sur les enfants et les adolescents, au moyen des conditionnements aversifs (châtiments physiques ou psychologies) ou appétitifs (récompenses, louanges …) ; d'inductions d'émotions négatives (peur, honte, dégoût …), ou positives (fierté …) ; d'informations reflétant les croyances sociales («la masturbation provoque des maladies»[28]…) ; et également par la pratique des activités érotiques culturellement acceptées. Indirectement, l'observation, l'imitation, et les apprentissages sociaux jouent également un rôle majeur dans la modification du comportement érotique vers les pratiques culturellement acceptées.

L'article connexe Comportement sexuel humain présente la grande diversité des activités érotiques : 1) dans l'histoire, 2) dans les sociétés contemporaines, et 3) les caractéristiques de l'environnement culturel qui modifient le développement du comportement.

L'émergence de la culture

Caractéristiques culturelle de la sexualité animale

Utilisation d'un outil pour capturer des termites

Article détaillé : Sexualité animale.

La culture est un ensemble de savoirs et de pratiques (règles sociales, utilisation d'outils, apprentissages sociaux …) qui, au sein d'un groupe donné, se partagent et se transmettent socialement et non par héritage génétique[29]. On observe l'émergence de la culture chez l'animal à partir des primates. L'existence de la culture indique que la sexualité devient plus que la simple mise en jeu des réflexes, des récompenses et des conditionnements. Un exemple de comportement sexuel de l'ordre du culturel serait chez le bonobo l'utilisation d'objet pour la masturbation[30].

L'article détaillé Sexualité animale présente : 1) les critères définissant la culture animale, 2) les problèmes de l'évaluation de la nature culturelle des comportements observés, et 3) les principaux comportements sexuels des animaux qui seraient de l'ordre du culturel.

Caractéristiques culturelle de la sexualité humaine

Sens, signe et sexe...

Article détaillé : Sexualité humaine.

La culture est une caractéristique majeure de l'espèce humaine. L'étude des phénomènes culturels de la sexualité (modèles normatifs, valeurs, croyances …) est une des clé de la compréhension de la sexualité humaine.

Suivant les sociétés, les normes sexuelles se construisent à partir de critères magiques, religieux, moraux, sociaux, affectifs, comportementaux, ou médicaux. Puis, en fonction de ces normes, les activités érotiques sont fréquentes ou rares, certaines activités érotiques seront interdites ou considérées comme inappropriées (sodomie, activités sexuelles avec les divinités, cunnilingus, baiser …) et d'autres pourront être valorisées (masturbation, coït vaginal, ou homosexualité …). Bien que la sexualité puisse être très différente d'une société à une autre, on remarque que la sexualité de la quasi-totalité des individus est conforme aux normes de leur groupe social, ce qui montre l'influence majeure et structurante du contexte culturel sur la sexualité humaine[25],[31].

L'article détaillé sexualité humaine présente : 1) les différentes valeurs et modèles normatifs de la sexualité, 2) les analyses de ces normes et valeurs, et 3) l'influence structurante des normes et valeurs sur la sexualité.

La symbolique de la sexualité

La sexualité est l'un des thèmes récurrents de l'art et de la mythologie.

nus bleu 01

 

nus bleu 04

 

Amour

Les études animales de l’attachement ont montré que les différents types d’attachement (filial, romantique, fraternel, amical, pour un animal, un habitat, un milieu ou pour un objet) ont des bases neurobiologiques en partie communes. Chez l’Homme, l’attachement « romantique » met en jeu globalement les mêmes régions cérébrales, ainsi que certaines structures impliquées dans les récompenses[32]. L’attachement "romantique" dépendrait, au moins en partie, du contexte socioculturel. En effet, on observe que dans les sociétés où l’activité érotique se déroule simplement et quotidiennement, l’attachement romantique est moins marqué et plus "apaisé" que dans les passions et les extases sentimentales de l’amoureux occidental, «qui soupire comme une fournaise» pour un impossible idéal romantique[33]. Plusieurs auteurs ont souligné la ressemblance entre certains aspects de la passion amoureuse (altération de l’état mental, exaltation de l’humeur, pensées intrusives de l’objet aimé…) et certains troubles psychiques (observés par exemple dans les troubles bipolaires et obsessionnels-compulsifs)[34]. En schématisant, il semblerait que la mise en jeu du système des récompenses, facteur primordial de la sexualité humaine[5], induise une "dépendance" à l’objet "aimé" qui conduirait à des états de "manque" lorsque cet objet est inaccessible[35]. Ces états psychiques intenses provoqués par les passions amoureuses sont à l'origine, non seulement d'accomplissements remarquables dans les arts, la poésie et la littérature, mais également de bouleversements individuels (tentatives de suicide, crimes passionnels …) ou sociaux (selon la légende, la guerre de Troie fut provoqué en raison de l'enlèvement d'Hélène par le prince Pâris, qui fut subjugué par sa beauté extraordinaire).

L'article détaillé Amour présente : 1) les facteurs biologiques à l'origine de l'attachement romantique, 2) les caractéristiques individuelles et sociales de la passion amoureuse, ainsi que leurs conséquences, et 3) les différentes manifestations culturelles de l'amour, en particulier dans les arts, la poésie et la littérature.

Développement de la sexualité

La sexualité de l'enfance à l'âge adulte

Article détaillé : Théories sur la sexualité infantile.

Le développement de la sexualité, de l'embryon à l'âge adulte, est provoqué par des facteurs biologiques bien précis, suit des étapes chronologiques, et l'influence de la culture est déterminante.

Les facteurs innés du comportement érotique (réflexes sexuels, zones érogènes, récompenses/renforcement …) se développent dès la période fœtale[36],[37],[38]et les premières années de la vie. Potentiellement, l'organisme est alors prêt pour apprendre la sexualité. Le développement sexuel ultérieur sera déterminé par le contexte culturel, qui, à partir d'un âge variable suivant les sociétés, interdira ou valorisera telle ou telle activité érotique, transmettra des croyances sexuelles particulières, façonnant ainsi les comportements, les représentations et les valeurs sexuelles des adultes[]. Au cours de son développement, l'enfant intègre les normes sexuelles de sa société, et à l'âge adulte ces normes seront perçues comme "naturelles" et "évidentes".

L'article détaillé Sexualité infantile, en fonction des données des neurosciences et de la psychologie du développement, présente : 1) la chronologie du développement des facteurs innées et acquis de la sexualité, 2) Les caractéristiques culturelles qui influencent le développement de la sexualité, et 3) les principales possibilités de variations du développement de la sexualité.

Article connexe : Sexualité infantile (psychanalyse).

L'article connexe Sexualité infantile présente le développement de la sexualité de l'enfant d'après la théorie psychanalytique.

Éducation sexuelle

Salle de classe

Article détaillé : Éducation sexuelle.

L'éducation sexuelle, dans son sens le plus large, est indissociable du développement de la sexualité. Que les apprentissages soient institutionnels ou informels, décidés et organisés ou laissés au hasard des circonstances de la vie, ils déterminent l'essentiel du devenir de la sexualité humaine.

Dans les sociétés modernes, les enjeux de l'éducation sexuelle sont multiples : accès à la santé sexuelle, prévention des troubles de la sexualité, apprentissages de connaissances relatives à la reproduction, à la sexualité, au plaisir et à l'amour, développement de la socialisation sexuelle, ainsi que du sens moral et éthique. Mais la sexualité est un sujet particulier dans les sociétés modernes, et la transmission du savoir sexuel est compliqué par une forte réticence sociale à l'éducation sexuelle ainsi que par l'état de minorité civile des élèves. Or l'adolescence en Occident est une période particulièrement sensible du développement, et le manque d'informations fiables et le manque de communication avec des adultes de confiance sont des handicaps pour gérer les problèmes de la représentation de son corps, de l'identité sexuelle, des croyances en de nombreux stéréotypes, de la performance sexuelle, de la relation sexuée à l'autre et de la gestion des émois sexuels et amoureux[41],[42].

L'article détaillé Éducation sexuelle présente : 1) les enjeux pédagogiques, médicaux, mais également sociaux, de l'éducation sexuelle, 2) une analyse des pratiques de l'éducation sexuelle au XXe siècle, et 3) les principaux bénéfices individuels et sociaux de l'éducation sexuelle, observés dans certains pays, en particulier nordiques à la fin du XXe siècle.

Pathologies et thérapies sexuelles

Satyre de la mythologie grecque, symbolisant l'excès pathologique du désir sexuel (satyriasis)

Article détaillé : Paraphilie.

Suivant les époques, les mœurs et les connaissances disponibles, ont existé plusieurs modèles de la normalité physiologique, comportementale et psychologique. Ces modèles déterminent l'anormal et le pathologique : par exemple, dans le modèle Antique de la virilité, la passivité était un crime, tandis qu'au XIXe siècle, dans le modèle médical de l'instinct sexuel, les activités sexuelles non reproductrices (masturbation, fellation, sodomie …) étaient une perversion[43]. Actuellement, les principaux troubles sexuels identifiés sont les dysfonctions sexuelles, les Paraphilie, et les troubles de l'identité de genre[44]. Les principales maladies liées à la sexualité sont les infections sexuellement transmises. En sexologie clinique, les méthodes thérapeutiques les plus utilisées sont les thérapies cognitives et comportementales, les méthodes de Masters et Johnson (sensate focus), les thérapie de couples, ainsi que la sexocorporelle et la psychanalyse[45].

L'article détaillé Paraphilie présente : 1) les différents modèles de références de la normalité, culturels ou médicaux, à partir desquelles se construisent le discours moral et médical, 2) les principaux troubles et maladies de la sexualité, et 3) les principaux types de thérapies et de stratégies préventives.

 

nus bleu 07

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clovis simard 18/01/2012 00:02


Blog(fermaton.over-blog.com),No-19, THÉOREME MORE.- LA FEMME EST PLUS CONSCIENTE QUE L'HOMME ?